My Capricorn friend aborde avec sensibilité le délicat sujet du harcèlement scolaire. Ce manga assez atypique propose une réflexion autour du harcèlement et comment certains préfèrent fermer les yeux. My Capricorn Friend n’hésite pas à être très réaliste et dur sur les situations de harcèlement et du meurtre. Néanmoins, les auteurs arrivent à insuffler un ton plus léger grâce aux personnages attachant, la touche de science-fiction et à l’aspect « roadtrip » d’une partie du manga.

Résumé de My capricorn friend

Tout commence par la découverte du cadavre de Kaneshiro, un odieux lycéen qui harcèle perpétuellement ses camarades. Les soupçons se tournent rapidement vers Wakatsuki, un étudiant qui est introuvable depuis ce meurtre. Matsuda, un camarade de Wakatsuki, va alors le prendre sous son aile pour le cacher, d’autant plus qu’il est persuadé que Wakatsuki n’est pas réellement coupable du meurtre… – source : Delcourt/Tonkam

Titre : My capricorn friend

Auteur : Otsuichi
Dessin : Masaru Miyokawa
Traducteur : Satoko Fujimoto
Édition : Delcourt/Tonkam
Nombre de tomes : One-shot

Collection : Shonen
Année d’édition : 2021
Thèmes : Tranche de vie, Drame

Titre original : 山羊座の友人
Yagiza no Yuujin

Mon avis sur My Capricorn Friend

L’histoire suit Yuya, un lycée qui chaque matin trouve des objets étranges sur son balcon. Le plus étrange étant un morceau de journal datant de la semaine d’après. L’article relate le suicide d’un adolescent dans le commissariat de la ville après avoir avoué le meurtre d’un de ses camarades de classe qui le harcelait. Le soir même, Yuya va croiser la route de Naoto tenant une batte maculée de sang et de cheveux d’Akira Kaneshiro. Coupable d’avoir fermé les yeux sur son harcèlement, il décide de l’aider pour que la prédiction du journal ne se réalise pas.

La culpabilité, la société qui ferme les yeux

Comme beaucoup de ses camarades, Yuya est coupable de détourner le regard face au harcèlement de son camarade Naoto. Parce qu’Akira Kaneshiro lui fait peur et par effet de groupe continue de vivre sa vie, car si Akira a choisi Naoto « c’est la faute à pas de chance » et « rester à l’écart de tout ça, c’est vital pour préserver sa vie« . C’est justement parce qu’il ne supportera plus cette indifférence généralisée qu’il décidera d’agir le jour du meurtre et de protéger son camarade.

C’est cette culpabilité et l’inaction autres (adultes et élèves) qui va avec qui est centrale dans My Capricorn Friend. Elle explique l’action de Yuya, mais aussi les agissements de Honjo et Sasaki.

Une enquête avec une touche de fiction

Rapidement, Yuya va trouver la situation trop étrange et douter de la culpabilité de Naoto. D’abord par culpabilité, il va alors chercher la vérité sur le meurtre de Kaneshiro. L’enquête en elle-même est logique, mais va un peu vite. Tout découle d’une théorie sur un touche du clavier, mais c’est très étonnant que qu’un adolescent qui n’a pas vu le cadavre ait toute suite cette intuition. Cela ne gâche en rien l’intrigue, mais c’est le seul aspect qui est un peu bâclé.

La fin est aussi appréciable. Les personnages sont tous mis face à leurs responsabilités, les assument et ils n’évitent pas les sanctions.

De la poésie

Enfin, un aspect que j’ai vraiment apprécié en lisant My Capricorn Friend, c’est la balance entre la cruauté du harcèlement, et la poésie de certaines visions telle que le vent fouettant la maison sur la colline et le bouc dans le métro. Cela adoucit le récit et nous rappelle que certaines choses nous dépasse. La faute à pas de chance du coup ?

My capricorn friend est une très belle lecture.

Pour aller plus loin

Étiqueté dans :

, , ,